Sanseverino

Dans Les Embouteillages

On est un peu jaloux qu’ils arrivent avant nous
Mais on les laissent passer, dans les embouteillages
Quand les motards te font merci avec les pieds, merci avec les pieds
Ce ne sont pas des êtres humains
Mais une espèce de martien-terrien
Ils ne connaissent pas la langue des mains
Il faut les voir foncer
Libres comme l’air
Heureux comme des goélands
Ils ont l’air épanoui
Un casque sur la tête et à leurs mains des gants
Ils foncent tous seul en moto
Mais la seule chose qu’ils ne pourront pas c’est dormir en roulant sinon le drap s’envolera
Tu comprends

Dans les embouteillages
Tu penses autant au temps qu’au temps
Où tu n’auras plus d’ongles et où tu te mangeras les dents
Les Harley à crédit
Les Japonaises débridées
Passent entres les camions citernes et les 4L de pompiers

Les filles sont en voiture
Contrairement aux motards qui eux sont en moto
Bien qu’il y est des filles en moto
Mais sous leurs cuirs
On ne les voient pas bien
On ne voit pas leurs seins
Surtout que sous un casque
On peut pas deviner
Si c’est un vieux hippy, un vieux skinhead ou une pure beauté
Si par hasard, dans un embouteillage
Tu croises la femme de ta vie
Mais assis à côté d’elle
Il y a déjà un petit mari barbu et gentil
Remballe ton sourire de beau
Tourne la tête pour ne pas avoir l’air idiot
Et fait semblant de réparer ta radio
De redresser ton rétro
Remballe ton sourire de beau
Tourne la tête pour ne pas avoir l’air idiot
Et fait semblant de réparer ta radio
De redresser ton rétro

Dans les embouteillages
Tu penses autant au temps qu’au temps
Où tu n’auras plus d’ongles et où tu te mangeras les dents
Les Harley à crédit
Les Japonaises débridées
Passent entres les camions citernes et les 4L
Dans les embouteillages
Tu penses autant au temps qu’au temps
Où tu n’auras plus d’ongles et où tu te mangeras les dents
Les Harley à crédit
Les Japonaises débridées
Passent entres les camions citernes et les 4L de pompiers

Virgule
Quand les filles se maquillent dans les rétroviseurs
Moi j’ai même pas peur
Qu’elles oublient de freiner
Les routiers
Du haut de leurs cabines
Les traite de femmes au volant
Mais en secret
Il aimeraient bien les emmener
Amoureux des sirènes
Les ambulanciers sont les marins des départementales
Salauds de séducteurs
Ils ont une infirmière dans chaque hôpital
Ils collectionnent les filles
Multiplient les aventures
Et leur spécialité c’est l’amour en voiture
Sais-tu qu’il y a des infirmiers qui soignent les blessés
En leurs mettant des disques et des cassettes
La musique en thérapie
Au service de la fracture ouverte
Pour un lumbago
Nougaro ou alors Django
Une jambe cassée
AC/DC et c’est soigné

Dans les embouteillages
Tu penses autant au temps qu’au temps
Où tu n’auras plus d’ongles et où tu te mangeras les dents
Les Harley à crédit
Les Japonaises débridées
Passent entres les camions citernes et les 4L
Dans les embouteillages
Tu penses autant au temps qu’au temps
Où tu n’auras plus d’ongles et où tu te mangeras les dents
Les Harley à crédit
Les Japonaises débridées
Passent entres les camions citernes et les 4L de pompiers

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *