Extraits de Lǎo Zǐ

Lǎo Zǐ (V-IIe siecle av. JC?) est un philosophe chinois

道 德 經 (Dào dé Jīng)

Section 8

L’homme de bien suprême est comme l’eau
L’eau, bénéfique à tout n’est rivale de rien
Elle séjourne aux bas-fonds, dédaigneuse de chacun
De la Voie, elle est toute proche

Choisis un bon terrain pour ta demeure
Choisis le profond pour ton cœur
Choisis envers autrui la bienveillance
Choisis en parole la vérité
Choisis en politique le bon ordre
Choisis en affaire l’efficacité
Choisis pour agir l’opportunité

Ne rivalise point: tu seras sans reproche

Section 9

Qui saisit et remplit sans-cesse
Ferait mieux de s’arrêter

Qui bât sans cesse un glaive et sans-cesse l’aiguise
La lame en sera vite usée

Qui accumule en sa maison l’or et le jade
N’en pourra défendre l’entrée

Qui tire orgueil de la richesse et des honneurs
Tend l’échine aux calamités

Besogne faite, va-t’en
Telle est la Voie du Ciel

Section 11

Bien que trente rayons convergent au moyeu
C’est la vide médian
Qui fait marcher le char

L’argile est employée à façonner des vases
Mais c’est du vide interne
Que dépend leur usage

Il n’est chambre ou ne soient percés porte et fenêtre
Car c’est le vide encore
Qui permet l’habitat

L’être a des habitudes
Que le non-être emploie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *